Meet Christian Hames

Christian Hames, team manager of the Team Force 56 racing in European Classic Series.

Sorry interview only available in french.

TEAM FORCE #56 – Champion d’Europe FIM 2014.

La saison d’endurance en European Classic Series (ECS) au terme de laquelle le Team Force #56 a été sacré Champion FIM est maintenant terminée depuis plus d’un mois. Les pilotes Richard Hubin et Gregory Fastré ont emmenés la Suzuki Morena du Team sur la plus haute marche du podium à 3 reprises sur les 4 courses du championnat. Il était donc temps d’aller rendre visite à Christian Hames surnommé “Grizzly”, team manager dudit team, avant qu’il ne commence son hibernation, à moins que l’hiver ne soit consacré à la préparation des motos pour la saison 2015?!

Question: “Christian tout d’abord félicitations pour ce titre de champion en ECS pour une première participation c’est un beau résultat!
On peut dire que tu es un homme heureux après ce premier titre pour cette première participation ? L’objectif est atteint ?”

Réponse: “Heureux certainement, mais j’avoue avoir été surpris de notre performance au Castelet.  Nous y sommes arrivés sans ambition particulière, munis d’un bon feeling des pilotes avec la machine. Après le résultat de cette manche du Championnat, nous nous sommes posé des questions. Nous avons constaté que les pilotes et la moto avaient le potentiel pour emmener cette machine au sommet, mais notre organisation était le maillon faible. Lorsque nous avons débarqué à la première course, à la vue de nos moyens nettement plus limités que la plupart des autres teams qui trustent les podiums depuis des années, on nous a surnommé les Rasta Rocket. Après cette première expérience, l’ensemble du staff s’est remis en question et s’est tapé dans les mains pour le championnat complet. Nous avons reçu les conseils expérimentés de John Jadoul pour nous organiser, et cela a payé, puisque les derniers arrêts aux stands se faisaient en moins de 8 secondes !” (Arrêt moteur, béquille, pilote descend, contrôles freins, pneus, appoint d’huile, essence, changement de pilote, débéquille, mise en marche et vroum !)

Q : “3 victoires sur 4 manches, c’est presque la saison parfaite ?”

R : “Ca on peut le dire, d’autant que le règlement ne tient compte que des 3 meilleurs résultats. Notre 5ème place au Nürburgring ne nous a donc pas trop pénalisés. ”

Q : “Est-ce qu’il fut facile de convaincre les pilotes Richard et Greg de rejoindre le Team pour cette saison? ”

R : “Je dois avouer que oui. J’ai approché Richard l’année dernière pour  participer au Bol d’Or Classique où nous terminions 5ème d’une course folle tant les conditions étaient apocalyptiques’.
Richard a toujours estimé le potentiel de la moto et j’avais envie de participer à d’autres épreuves, voire un Championnat.  J’ai proposé à Michel de remettre le cuir pour l’ensemble de la saison 2014, mais la gestion de carrière de Xavier lui prend un temps considérable, il nous fallait donc trouver un autre  pilote. Après quelques essais et rencontre du staff, Greg à rapidement décidé d’épauler Richard et insérer les courses classiques dans son calendrier d’Endurance Mondial. C’est un talent brut d’une gentillesse remarquable, mais un guerrier en piste. »

Q : “En 2015 vous remettez le couvert avec la même équipe ?”

R : « Notre objectif est d’aligner deux motos identiques à condition de trouver les partenaires nécessaires pour boucler le budget. Et nous espérons que Greg sera à nos côtés, mais tout dépend de son calendrier. »

Q : “La moto, pourquoi cette Suzuki Morena ?”

R : « J’avais commencé à préparer une Ducati 860 à couples coniques montée en 950CC de laquelle j’ai pu sortir 102CV, mais au vu du niveau de préparation du moteur afin d’être compétitif, j’avais des doutes quant à sa fiabilité. De plus, il aurait fallu trois moteurs ce qui représentait un sacré budget, et je n’avais pas ce budget.  D’autre part, pour inviter des pilotes rapides à monter en selle, il faut leur proposer du matériel fiable et performant.

Après de nombreux contacts j’ai rencontré un passionné de motos d’endurance qui possède une belle collection de motos et de pièces rares : Alain B,  surnommé le ferrailleur, qui nous a gentiment prêté une moto dont j’ai conservé le châssis. Lors du montage, nous nous sommes rendu compte que le bras oscillant (B.O.) d’époque était vrillé. Le cadre est passé au marbre et le bras oscillant fut remplacé par un B.O. Ducati. Pour, les moteurs, le choix s’est porté sur des Suzuki GSX1100, parce qu’ils sont performants à l’état d’origine et qu’il existe énormément de pièces détachées à prix abordable; pour preuve, j’ai récupéré deux moteur en vrac pour 200 EUR, leur préparation minimale, mais consciencieuse a pris six mois. ”

Q : “Du côté des pilotes, ont-ils demandés des changements sur la moto ?”

R : “Pour Richard et Greg, il ne faut pas toucher à la moto. Ce qu’ils désirent surtout est de disposer de deux motos identiques. Pour l’instant, nous préparons une Morena 300 et une Harris XR69 qui devrait être plus performante. C’est bien, mais nous avons investi beaucoup trop d’énergie dans la recherche des réglages et à chaque fois, la moto de course sélectionnée par les pilotes fut la Morena. »

Q : “Quand tu vois Greg rentrer au stand en poussant la moto au Nürburgring tu te dis quoi ? La saison est jouée ?”

R : “Non, l’attitude décidée de Greg démontre qu’en endurance tout peut arriver jusqu’au baisser du drapeau. Donc oui, c’était une déception mais terminer 5ème dans ces conditions était exceptionnel. Se retrouver à égalité de points lors de la dernière course du Championnat a bien relancé celui-ci. Cela a renforcé notre détermination, nous savions que nous avions notre carte à jouer ; terminer impérativement devant notre concurrent « Phase One » pour emporter le titre. Cette situation nous a donné une bonne dose d’Adrénaline, mais nous l’avons fait au sortir d’une bataille de géants. »

Q : “Les plus grosses difficultés rencontrées durant la saison ?”

R : « Nous avons connu deux soucis majeurs, un trou à mi-régime, qui faisait penser à un problème de carburation qui finalement était un allumage mal programmé. Cela nous a coûté une casse moteur. Le deuxième souci rencontré vient de l’échappement. Nous utilisons un échappement qui fonctionne bien et la copie à l’identique ne permet pas les performances de l’original… A force de les changer d’une moto à l’autre, cela nous a causé pas mal de soucis pour valider les réglages. »

Q : “Un mois est passé depuis Aragon et la consécration, quelques mots pour résumer la saison 2014 avec du recul ?”

R : « Ce fut avant tout une belle aventure humaine mais aussi technique, nous avons tous relevé un tas de challenges lors de chaque course. Cette saison est une première et nous comptons bien continuer sur notre lancée. Nous avons  fait beaucoup de progrès au niveau du staff et avons appris énormément.

Je suis fier pour les membres de l’équipe sacrée Championne d’Europe de la discipline et vraiment satisfait pour le second titre de Champion de Richard, ainsi que pour Greg, consacré d’un nouveau titre qui s’ajoute à son palmarès déjà prestigieux.

Ceci dit, nous savons que la concurrence sera encore plus rude l’an prochain, les teams concurrents disposent de moyens nettement plus importants que les nôtres, mais l’aide de partenaires ciblés devrait nous aider à nous battre aux avant-postes et figurer en haut du marquoir.

Pour 2015, nous pouvons résumer notre avantage en ces quelques mots, les bonnes personnes, les bonnes adresses, les bonnes pièces et la bonne humeur. Nous savons ce qui fonctionne et ce qu’il faut faire pour gagner. »

Q : “Merci Christian, on vous souhaite beaucoup de succès pour 2015 avec le Team Force !”

R : “Merci du fond du cœur, mais avant toute chose, il faut remercier les membres du Team qui ont pris part à cette aventure : Marie Jo, Charly, Alain D, Italo, Gilles, Eddy, Bruno, ainsi que nos partenaires qui y ont crus.”

 

Bonus: Actions pics from Spa 2014 4h endurance race.

Follow Team Force 56 on Facebook

Back to TOP